L'odyssée des Royaumes Oubliés
Heureuse rencontre voyageur,

Malheureusement le site de l’Odyssée des Royaumes Oubliés vient de fermer ses portes en tant que forum de jeux de rôle traditionnel. Pour autant, la plate-forme reste ouverte mais change de formule.
Si vous un êtes un groupe constitué (joueurs et Maître de Jeu) et que vous cherchez un lieu ou vous pourrez jouer ensemble, n’allez pas plus loin. L’Odyssée des Royaumes Oubliés est prêt à vous accueillir.

Je vous offre gratuitement une plate-forme de jeu complète avec des règles déjà établies (Donjons et Dragons v3.5) mais vous pouvez très bien jouer avec vos propres règles, puisque vous jouez entrevous.

Suivant vos désires vos partie peuvent être complètement privées, où seul votre groupe pourra y avoir accès ou semi-publique (ouverte à la lecture, uniquement aux membres) voir complètement ouverte au public (à la lecture uniquement). Votre Maitre de Jeu n’a que me contacter pour que nous mettions en place votre partie. Ensuite, le jeu se passe entre vous.

Bon jeu là ou l’aventure fait briller l’aventure.

Amaunator

L'odyssée des Royaumes Oubliés

Vivez l'aventure de votre vie, dans les royaumes oubliés. RPG utilisant les règles 3.5 de Donjon et dragon.
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les cieux noturnes de Faerûn

Aller en bas 
AuteurMessage
Amaunator
Admin
Admin
avatar

Messages : 1667
Date d'inscription : 16/10/2009
Age : 49
Localisation : Faerûn

MessageSujet: Les cieux noturnes de Faerûn   Mer 28 Avr - 6:35

Les cieux noturnes de Faerûn

LA MER DE NUIT

La dernière et plus fantastique des terres s'étendant au-delà de Féerûne est si proche que tous les Féerûniens l'ont entr'aperçue de loin. Au-dessus du ciel se trouve un royaume de dimension incroyable, la Mer de nuit, où les rivières d'étoiles et des mondes à la fois étranges et merveilleux étincellent de tous leurs feux dans l'obscurité.

Les récits sont nombreux qui racontent les péripéties de magiciens ayant tenté de s'élever au-dessus du ciel et d'explorer ses sombres confins, de princes régnant sur des châteaux de lumière argentée et d'esquifs elfes de cristal qui s'extraient en miroitant des mers occidentales et caracolent sur des océans plus vastes et plus incroyables encore lorsque le crépuscule tombe sur Toril. Sur une terre où les magiciens font voler les châteaux et les prêtres parviennent à des actes miraculeux à l'instar des dieux, les îles et les royaumes légendaires du ciel nocturne inspirent les imaginations les plus débridées et les plus étranges des rêves.

Séluné

La lune de Toril est connue sous le nom de Séluné. Grâce à de minutieuses observations et de constantes divinations, les sages ont découvert qu'elle tourne autour de Toril à une distance d'environ trente-deux mille kilomètres. Même si, dans le ciel, Séluné ne semble pas plus grosse qu'une main humaine, c'est un monde à part entière de plus de trois mille deux cents kilomètres de long.

Sa brillance est suffisante pour que, lorsqu'elle est pleine, les ombres qu'elle renvoie soient encore pâles. Un essaim de petites taches de lumière, les Larmes de Séluné, lui fait comme une traînée en arc de cercle dans le ciel. Les contes enfantins évoquent des pirates à bord de vaisseaux volants qui descendent des Larmes pour piller les terres en dessous, mais personne n'y croit sérieusement.

Éclipses :

L'orbite que décrit Séluné autour de Toril se situe sur le même plan que celle de Toril autour de son soleil. Les éclipses solaires et lunaires sont donc fréquentes, quoique celles du soleil ne soient jamais annulaires (le pourtour du soleil n'est pas visible pendant toute la durée de l'événement) et presque jamais partielles, à cause de la largeur de l'ombre que projette Séluné sur Toril et inversement. Les habitants d'une nation donnée ne remarquent pas toujours la survenue de telles éclipses, car l'heure de lever et de coucher de Séluné varie en fonction du calendrier. Les éclipses solaires peuvent réveiller brièvement les êtres nocturnes, mais ils se rendorment aussi vite lorsque la lumière du jour revient.

Les phases de Séluné :

Séluné est pleine à minuit très exactement, le premier Martel 1372 CV et tous les trente jours, dix heures et trente minutes qui suivent. Le laps de temps qui s'écoule entre chaque pleine lune représente techniquement un mois synodique, soit la période séparant une conjonction Soleil-Toril-Séluné de la prochaine. Séluné décrit exactement quarante-huit révolutions synodiques tous les quatre ans du calendrier de Toril. Ainsi, elle est pleine à minuit pile le premier jour de chaque année et présente la même phase à quatre ans d'intervalle.

L'une des festivités féerûnienes, la Fête de la lune, se tient à l'occasion d'une pleine lune prévue aux alentour de cette date ou à cette date précise. Du fait de la proximité de la période synodique de Séluné avec la longueur réelle d'un mois calendaire, Séluné est pleine aux alentours du premier jour de chaque mois ou lors des jours de festivités, à un ou deux jours près. Les festivités annuelles servent à redresser les inadéquations entre les mois synodique et calendaire, la Rencontre des boucliers apportant une correction nécessaire tous les quatre ans pour éviter que la pleine lune ne se présente de plus en plus tard dans le mois.

Les Larmes de Séluné :

Les Larmes de Séluné forment un groupe de centaines de corps célestes minuscules mais brillants (des astéroïdes) qui tournent autour de Toril, dans le sillage de Séluné. Les Larmes sont des astéroïdes troyens typiques, c'est-à-dire qu'ils ne restent pas immobiles, mais décrivent une orbite autour d'un centre commun en spirale. Vues du dessus, les Larmes forment un très large disque de centaines d'objets célestes assortis, dont aucun n'a atteint une taille remarquable. Les Larmes apparaissent à l'œil nu comme des points brillants dans le ciel, à l'instar des étoiles, mais trop petits pour que leurs observateurs n'en distinguent la forme véritable.

Les orbites individuelles des Larmes ne suivent pas exactement le même plan que celle de Toril et de Séluné, mais elles en sont proches. Par conséquent, elles forment une sorte d'ellipse plate "d'étoiles" chatoyantes dans le ciel nocturne de Toril, faisant une traînée à soixante degrés derrière Séluné, le long de l'écliptique. Un humain moyen tendant le poing peut recouvrir entièrement l'image de Séluné ; les Larmes, toutefois, semblant balayer une zone du ciel nocturne de presque trois mains, les doigts écartés en largeur et d'environ trois doigts d'épaisseur, le bras tendu. Leur position relative les unes par rapport aux autres varie chaque nuit, tandis qu'elles progressent dans leur révolution autour de leur centre commun.

Les Larmes ne sont pas assez brillantes pour pouvoir être aperçues de jour, contrairement à Séluné. Bien qu'elles étincellent même en phase de nouvelle Séluné, elles ne sont pas toujours visibles dans le ciel la nuit, car elles observent également des périodes de lever et de coucher et peuvent donc très bien ne pas être en phase ascendante toute la nuit. La première Larme se lève ou se couche environ quatre heures après Séluné. Du fait de la longueur de l'essaim, il met environ trois heures à s'élever ou à disparaître tout entier. La puissance des rayons lumineux combinés des Larmes n'est pas suffisante pour projeter des ombres, la nuit.

Comme de Séluné, les sages pensent des Larmes qu'elles sont habitées, bien que très peu puissent véritablement deviner la nature de leurs occupants. Encore plus rares sont ceux qui s'y sont rendus en personne et qui ont pu rapporter ce qu'ils avaient vu.


LES MESSAGERS DE L'AUBE

Pendant des siècles, les astrologues ont observé l'apparition d'une ou deux étoiles particulièrement brillantes aux alentours du lever du soleil et immédiatement après son coucher. Anadia et Coliar sont quelquefois surnommés les Messagers de l'aube, bien que "Messagers du soir" aurait peut-être été plus correct. Ce sont des mondes, tout comme Toril. Ils se situent simplement à une moins grande distance du soleil que Toril et sont donc toujours localisés non loin de lui dans le ciel. Coliar est le plus grand et le plus brillant des deux, mais également celui qui se trouve le plus haut dans le ciel.

Les systèmes de vision magique et les divinations profondes révèlent qu'Anadia est un petit monde de la couleur de l'ambre et dont les pôles se parent de vert vif. Coliar est une sphère veinée de gris et de blanc, dont on dit qu'elle est recouverte d'océans s'étendant à perte de vue sous un ciel chargé de nuages.

LES CINQ VAGABONDS

Plus loin au cœur de la Mer de nuit errent les Cinq Vagabonds, étoiles versatiles qui ne suivent pas une trajectoire annuelle dans le ciel comme les autres. Ces Vagabonds sont significativement différents des rivières d'étoiles qu'ils parcourent : ils ont tendance à être de plus grande taille, plus brillants et une observation plus poussée laisse entrevoir des couleurs et des caractéristiques merveilleuses.

Karpri, le plus proche, est un globe couleur saphir, dont les pôles sont surmontés de grands nuages blancs. Les sages affirment qu'il parcourt des millions de kilomètres depuis Toril, si une telle chose est envisageable. Chandos, le suivant, se présente sous la forme d'une tache verdâtre, dont les contours changent étrangement au bout de quelques nuits d'observation. Glyth est d'un gris terne, mais il est entouré d'un anneau spectaculaire et de trois satellites, qui ne sont visibles que par la magie. Garden est un minuscule éclat vert, que l'on voit rarement. Le dernier, H'Catha, semblé un vaste monde très lointain, au scintillement comparable à celui d'un diamant.



L’Odyssée des Royaumes Oubliés recrute : cliquez ICI.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.royaumesoublies.net
 
Les cieux noturnes de Faerûn
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Campagne "Royaume des Cieux"
» Présentation Cieux Orageux [FINI]
» Et je m'envole vers d'autres cieux !
» Discussion dans les cieux
» S'envoler vers d'autres cieux [Elrond]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'odyssée des Royaumes Oubliés :: Vivre à Faerûn : aide pour le RP :: Vivre à Faerûn-
Sauter vers: